Menu
Fermer

Des bosquets urbains poussent à Toulouse pour ramener la biodiversité en ville

Des bosquets urbains poussent à Toulouse pour ramener la biodiversité en ville
#biodiversité #îlot vert #jungle urbaine
Ville verte, qualité de vie et art urbain 12 décembre 2021 Lecture : 5 minutes
En bref > Accéder à la fiche synthétique

L’association Toulouse En Transition réalise des plantations dans l’aire urbaine toulousaine afin de renaturer des espaces en milieu urbanisé. Le principe est de planter des espèces variées qui au bout de 3 ans créeront un bosquet autonome support de biodiversité.

Des projets de plantations de bosquet fleurissent dans l’aire urbaine de Toulouse avec pour objectif de ramener de la biodiversité en ville. Planter un bosquet, en voilà un beau projet ! Et en milieu urbain, cela peut sembler étonnant. Comment cette idée de développer ces plantations en ville a-t-elle pû naître ? Pour y répondre, nous avons interviewé Julien Garrigue, bénévole au sein de l’association Toulouse en Transition. Son rôle y est de développer des bosquets Miyawaki dans les quartiers toulousains.

On a souvent entendu dire que les villes poussaient plus vite que les arbres ! Les plantations dont on parle reposent sur le modèle Miyawaki proposé par le professeur Akira Miyawaki, souvent nommées « micro-forêts » urbaines. Le processus est simple : planter les arbres qui préexistaient à la ville, sous forme de bosquet, pour renaturer les villes et favoriser notre bien-être. Pour cela, sur une parcelle dédiée, il s’agit de planter une large diversité d’espèces dans le but qu’elles se développent rapidement et forment un refuge de biodiversité. Les espèces sont choisies en fonction du sol et du climat et sont plantées en nombre conséquent pour stimuler leur croissance.

Plantations d’arbres – Toulouse en Transition

Planter des bosquets démontre plusieurs aspects positifs. Tout d’abord, ils sont favorables à l’environnement urbain comme Julien a pu nous l’expliquer. Ils sont des coeurs de biodiversité qui permettent à une faune et une flore de s’implanter rapidement là où elles ne le pouvaient pas avant. Ce sont des écosystèmes qui abritent des plantes, animaux, insectes et invisibles. En revanche, nous souhaitons souligner que cette méthode n’a pas encore de suivi scientifique en France. Néanmoins, depuis Février 2021, au sein de l’Université Paul Sabatier, une plantation Miyawaki a été mise en oeuvre sur laquelle est réalisé un suivi scientifique.

Micro-bosquet en développement – Toulouse en Transition

Il est certain que, pour prévenir les risques de ruissellement, les arbres aident à absorber de fortes pluies. Ils permettent aussi d’apporter de la fraîcheur qui atténue l’inconfort de nos étés particulièrement difficiles à vivre. Quant à l’aspect social, la plantation et la gestion de ces bosquets est une action bénévole et solidaire. Et quand les bénévoles plantent, c’est toute une communauté derrière qui se mobilise. Les citoyens sont invités à participer ce qui permet de tisser des liens au sein du quartier d’accueil de ce bosquet.

Planter en milieu urbain, une action bénévole et écologique

Julien Garrigue est bénévole au sein de l’association Toulouse en Transition et participe à la plantation de bosquets sur le modèle Miyawaki à Toulouse. Pour cela, il a suivi une formation spécifique.

D’après Julien, le reboisement est d’abord une riposte à notre façon brutale d’artificialiser les sols.

Les enjeux climatiques qui nous touchent l’ont poussé à agir pour l’environnement. Engagé dans le développement durable, Julien a été sensibilisé à l’écologie dès son plus jeune âge.

« Si vous ne savez pas quoi faire pour le changement climatique, planter des arbres ! »

Julien Garrigue – Toulouse en Transition

Toulouse en Transition est une association ayant pour but d’engager une transition écologique via le rassemblement de bénévoles au sein des divers quartiers de la ville rose. L’association est lauréate de l’Appel à Projet « Ma solution pour le climat » de la Région Occitanie, qui leur a mis à disposition une enveloppe budgétaire afin d’aménager ces bosquets urbains.

Agir pour un urbanisme écologique dans l’aire urbaine toulousaine, c’est possible

A côté des collectivités, les structures qui souhaitent porter une politique de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) ou d’urbanisme écologique peuvent tout à fait envisager d’aménager ces plantations sur le foncier qui leur appartient. Par exemple, un bosquet de plus de 200 m² a été plantée au lycée Déodat de Severac à Toulouse. Il est possible de les planter sur n’importe quel terrain ; sols pollués, tassés, dégradés, dont la taille minimum est de 100 m² avec 5 mètres de largeur. En général, ces plantations sont réalisées en milieu urbain sur de petites surfaces. Le bosquet appartient ensuite à la personne ou la structure qui détient le foncier suite à la signature d’un contrat d’ORE : obligation réelle environnementale. Si le foncier est vendu, cette ORE persiste de 30 à 99 ans et empêche que la plantation soit détruite.

En revanche, la signature de l’ORE peut bloquer certains propriétaires de foncier. D’après la méthode miyawaki, il faut s’occuper de la parcelle pendant 3 ans où 15 à 30 espèces différentes sont plantées. On arrose si les plantes en ont besoin. Après ces 3 ans de suivi, le bosquet est autonome et subvient par lui-même à ses besoins. Une des difficultés est de trouver des plants à bas coût. Aussi, l’approvisionnement demande de l’anticipation car ces plants peuvent manquer chez les pépiniéristes locaux.

Plants – Toulouse en Transition

Afin d’aider cette initiative, toutes les ressources sont bienvenues : entreprises voulant participer, structures souhaitant devenir partenaires, bénévoles motivés… car derrière ces plantations, des personnes se mobilisent et donnent de leur temps pour les voir éclore.

Un article rédigé par :

Chloé
Voir le profil Linkedin + 1 autres articles

Julien Garrigue de Toulouse en Transition Ville verte, qualité de vie et art urbain http://toulouse.entransition.fr/

Julien Garrigue
06 51 68 60 89
julien.garrigue@outlook.com

Qui sont-ils ? Julien Garrigue, bénévole au sein de l’association Toulouse en Transition, a pour mission de développer des bosquets dans l’aire urbaine de Toulouse

Spécialités et savoir-faire

● reforestation
● végétalisation en milieu urbain
● développement de la biodiversité urbaine
● gestion bénévole
● participation citoyenne

Pour les particuliers

● planter des arbres
● apprendre à planter et entretenir des espèces végétales
● s’impliquer concrètement dans l’environnement
● tisser des liens avec d’autres bénévoles

Pour les professionnels

● végétaliser la ville
● impliquer les citoyens pour l’environnement
● améliorer la qualité de vie des citoyens
● porter une politique RSE

Articles sur le même thème